Accueil
Annuler
Email
Mot de passe
Mot de passe perdu ?
ActivitésBuena OndaRecettes de cuisineGalerie photosPetites annoncesSolidaritéSponsors & Partenaires
Slide 2Slide 3Slide 4Slide 5Slide 6Slide 7
1420778 visites

Colonia del Sacramento

Colonia del Sacramento… une heure de bateau… un nouveau pays… un nouveau visa sur le passeport… et un charmant retour au temps des colonisations.

 

UN PEU D'HISTOIRE

Colonia del Sacramento est une ville du sud-ouest de l'Uruguay, capitale du département de Colonia. C'est aussi la plus vieille ville du pays.

Fondée en 1680 par les Portugais avec le nom de « Colônia do Santíssimo Sacramento », la ville fut une partie du territoire ensuite réclamé par les immigrants Espagnols qui se trouvaient à Buenos Aires sur l'autre rive du Río de la Plata (fleuve d'argent). La ville changea donc de pays au cours des traités qui furent signés entre le Portugal et l'Espagne comme celui de Madrid en 1750 ou encore celui de San Ildefonso en 1777 qui plaçait la ville sous contrôle espagnol. Elle fut de nouveau reprise par les Portugais puis plus tard par les Brésiliens. Finalement, lorsque l'Uruguay prit son indépendance en 1825, elle devint la capitale du département Colonia. Charles Darwin y passa le 17 novembre 1833 lors de son tour du monde.

Aujourd'hui, la ville s'est étendue vers l'est et une différence très nette est visible entre les quartiers historiques portugais dont les rues sont désorganisées et les quartiers construits par les architectes espagnols dont les rues sont toutes orthogonales. La partie historique de la ville figure dans la Liste du patrimoine mondial de l'Unesco.

Dimanche, départ du port de Buenos Aires avec la compagnie de bateaux Buquebus à 8h45, direction la plus vieille ville d'Uruguay, Colonia del Sacramento, à 45km de Buenos Aires, de l'autre côté du Rio de la Plata. Malheureusement, l'aventure commence par l'immigration et ses formalités. Côté Uruguay que du plaisir. Les argentins par contre, sont beaucoup plus compliqués. Ne pas oublier de prendre passeport, DNI et surtout le petit papier du notaire qui dit que la fille qui voyage avec nous est bien ma fille et aussi celle de son père, et ne pas oublier de donner les 3 papiers en même temps sinon on recommence tout depuis le début : photo, empreintes, tampons… 10 minutes au guichet et 1h30 de retard sur le départ du bateau.

Mais à l'arrivée le dépaysement est garanti. Le calme règne dès la descente du bateau.

Juste en face de l'embarcadère, nous avons loué un carito sorte de voiture de golf » en pensant qu’il y aurait un risque certain à circuler sur route, avec ce genre de véhicule. Mais c'est réfléchir avec notre esprit porteños. A Colonia tout se côtoie dans la sérénité et le respect: les vélos, les voitures, les caritos, les piétons… Nous voilà donc partis à la découverte de cette ville.

Nous avons commencé par le port de plaisance et le vieux quartier. Colonia est une ville paisible, qui mélange architecture espagnole (maison de briques au toit plat, rues avec caniveaux de chaque côté) et portugaises (maisons de pierres avec toit pointu de tuiles, rues avec rigole au milieu).

« La calle de los Suspiros » : Une légende raconte qu’elle doit son nom actuel à la présence antérieure d'une maison de passe… Une autre affirme, pour sa part que son nom vient des lamentations poussées par les esclaves qui, comme châtiment, étaient attachés au bout de la rue, près du rio. La lente montée des eaux provoquait leur mort par noyade…

Un petit tour en haut du phare... Nous avons, ensuite, visité la plus ancienne église du pays (1680), surement construite à une époque où le dépouillement et le minimalisme décoratif devaient être de mise ! Après déjeuner, nous avons fait le tour de la ville nouvelle. Nous avons commencé par la place del Torros (à environ 5 km ), dans le quartier du Real de San Carlos : un monstre de fer (1 million de tonnes utilisé pour sa construction au début du siècle) aujourd'hui en ruine. Construit à l'époque pour permettre les spectacles de corrida, il est tombé en désuétude seulement 2 ans après sa construction, quand la corrida a été interdite.

« El museo de Naufragios y Tesoros » : on ne peut pas dire que ce soit le plus beau musée du pays ! En bons défenseurs des causes perdues, nous sommes rentrés dans ce hangar, plus par curiosité que pour y voir des « trésors ». L'idée est bonne et nous découvrons que les côtes de l'Uruguay regorgent d'anciens bateaux naufragés. Mais malheureusement ce musée n’est pas du tout entretenu et la poussière ne nous encourage pas à y rester plus que nécessaire : à voir avec des enfants passionnés d'anciens galions. Et puis il y a la promenade le long des rives du rio de la Plata. De belles plages de sable fin (je dis bien du sable fin et blanc…) où l'on peut apercevoir des cavaliers… Mais les eaux sont de la même couleur qu’en face, malheureusement et les moustiques tout aussi voraces !

A ne pas manquer : Le coucher du soleil sur le rio de la Plata en compagnie de tous les jeunes qui se donnent rendez-vous le long de la rue face aux tours de Buenos Aires.

Ma petite touche personnelle : avis aux amateurs de vieilles voitures qui jalonnent les rues pavées de Colonia, que ce soit transformées en pot de fleurs, en restaurant mobile ou tout simplement en excellent état.

Avec ses rues pavées et ombragées, son église toute simple, ses quais et ses bateaux de plaisance, ses restes de fortification et d'édifices coloniaux, la ville est mignonne…un charmant intermède à la vie plutôt agitée de Buenos Aires.

 

QUELQUES BONNES ADRESSES :

Hôtels :

- Posada Colonia Suite, Lavalleja 169, Tél. 098 618 966,

Restos :

- El Asador, calle portugal n° 174, face à la basilique